Qu’est que ce le  Q.Q.O.Q.C.P. (C) ?

Le Q.Q.O.Q.C.P.(C) est une méthode dite « empirique » de questionnement. On la trouve également sous le terme de Quintilien.

C’est en fait un système d’analyse générale.

A quoi sert cette méthode ?

Cette démarche permet d’avoir une vision globale et pragmatique d’une situation. Principalement connue dans le monde de l’entreprise, que ce soit pour des projets (création d’entreprise, lancement produit, ou de gamme) ou une étude, (l’analyse d’une problématique,  présentation de projet, étude d’opportunité, etc …), cette approche peut s’avérer utile pour n’importe quelle situation.

Elle va vous permettre de balayer et d’identifier tout ce qui concerne l’environnement direct du sujet étudié.

Que représente cette anagramme ?

Q : quoi ?

Q : qui ?

O : où ?

Q : quand ?

C : comment ?

P : pourquoi ?

C : combien ?

Comment l’utiliser ?

Son utilisation est simple et pragmatique au départ, mais personnellement j’y ajoute quelques idées qui rendent l’étude encore plus intéressante je trouve.

La façon standard et classique

L’utilisation standard du Q.Q.O.Q.C.P. (C) est simple. Vous répondez aux questions simplement et de façon spontanée si possible.
Vous obtiendrez une vision honnête de l’instant T, en détaillant au maximum. Cela signifie parfois, répondre aux questions connexes. Exemple :

Qui : de qui, pour qui, avec qui,…

Quoi : avec quoi, si plusieurs éléments, détailler chacun, …

Où : lieu, direction, point de rencontre …

Quand : périodicité, date de lancement, date limite, …

Comment : de quelle façon, sous quelle(s) condition(s), avec quel(s) outil(s), …

Pourquoi : cause, finalité, objectifs, réponse(s) à un besoin …

Combien : combien ça coûte, combien cela vaut, …

Mon approche plus « personnelle » de cette analyse

Cette « étude », puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, a en fait deux points de vue, à mon sens. Celui pour « quoi » elle est produite : le service, produit ou outil… et celui à qui l’objet (donc) de l’étude s’adresse. Qu’on appellera la cible.

Donc ma façon de procéder regroupe l’utilisation classique de la méthode et son miroir, c’est à dire l’analyse de la vision de la cible. On reprend exactement les mêmes questions, mais de l’autre point de vue.

Cette approche complémentaire est pour moi indissociable de la première car – dans une dimension de projet (quel qu’il soit) – il faut pouvoir donner un périmètre, mais il doit être présenté comme la cible veut le voir. Sinon, l’idée risquerait de ne pas être convaincante.

On répondra donc aux mêmes questions, mais en se plaçant comme acheteur, lecteur … Ou en tout cas celui ou celle que le projet étudié va cibler.

A quoi peut servir le Q.Q.O.Q.C.P. (C) ?

Comme je l’ai déjà mentionné, cette méthodologie peut s’appliquer à n’importe quel contexte du moment que l’on doit faire état d’une situation. Que ce soit, un résumé, une présentation orale, un business plan, une plaquette, un projet, la mise en place d’un produit ou service, le discours de témoin de mariage, … Mais aussi un entretien d’embauche, une recherche de partenaire ou de fournisseur … Toute réflexion peut nécessité cette outil.

 

Le plus simple est encore de vous donner quelques exemples concrets pour lesquelles j’ai (eu) recours au Q.Q.O.Q.C.P. (C)

Comment faire son pitch en une minute

Là, la méthode s’applique parfaitement puisqu’elle permet d’aller à l’essentiel, donc au plus vite tout en étant pragmatique. Donc pour des présentations chronométrées, rien de mieux !

Faire la promotion d’un produit

(Exemple avec le jeu Pourquoi 1 ne faut-il pas habiller une girafe ?)

  • Qui est visé : un type de lecteur par exemple
  • Quoi : quel est le but visé / m’objectif
  • Où : décrivez où atteindre votre objectif
  • Quand : déterminez quand vous envisager de répondre à votre objectif. A détailler : en une fois, en plusieurs, …
  • Comment : comment pensez-vous répondre à votre objectif

et de l’autre côté, c’est à dire le point de vue du lecteur : (pour reprendre ma façon de faire donc)

  • Qui : vous / votre site
  • Quoi : des livres auto-édités et jeux
  • Où : sur le site mais on me rencontrera plutôt sur des groupes sur Facebook (cela vous dit : identifier les groupes pour publier dedans)
  • Comment : je cherche ce que j’aime, est-ce que je le trouve facilement (par exemple) (catégorie des thèmes / sujets identifiables ?)
  • Pourquoi : parce que je suis fan de lecture / en recherche d’idée de divertissement

Le choix d’un support promotionnel

  • Qui est visé : un type de lecteur par exemple
  • Quoi : quel support voulez-vous faire : annonce facebook, flyer, courrier, mailing, etc …
  • Où : décrivez où vous rencontrerez votre cible
  • Quand : déterminez quand vous aurez la meilleure audience
  • Comment : comment pensez-vous mettre en place votre support (graphisme, textes (les infos que vous voulez faire paraître)…
  • Combien : quel budget pensez-vous allouer à ce sup)port ? (ce tarif pour jouer sur les finitions de l’impression par exemple)

Cela peut aussi être pour une recherche de nom, ou encore identifier les réseaux sociaux sur lesquels vous aurez intérêt à publier … Tout est possible !

Et pour finir …

Finalement, la méthode empirique est une bonne entame pour tout. Que ce soit une simple présentation. Ou bien l’amorce d’un travail beaucoup plus complexe. Elle n’est utile que dans la phase de présentation d’un dossier.

En communication elle servira pour l’introduction au sujet. Lorsque vous voudrez créer un flyer, une carte … D’autres outils viennent ensuite en complément. Comme la méthode AIDA, qui a elle, une démarche et un but « commercial » afin de faire adhérer / agir votre interlocuteur. A découvrir donc….

Articles connexes

La Méthode A.I.D.A La Méthode AIDA

Qu'est-ce que la méthode AIDA

Ce qu'ils en ont pensé
[Total: 4 Average: 1.8]

Et si vous receviez mes prochains articles en avant première dans votre boite mail ?

votre mail ne sera jamais prété, échangé ou vendu (burk !)

Merci pour votre inscription ! Une demande de confirmation vous a été envoyé par mail ;-)